Modérateurs

OMAR BERRADA

Omar BarradaOmar Berrada, écrivain, critique, traducteur, dirige la bibliothèque et le centre de traduction de Dar al-Ma’mûn à Marrakech. Il a été producteur à France Culture (2004-2007), programmateur aux Revues parlées du Centre Pompidou (2006-2009), commissaire du Salon international du livre de Tanger (2008) et du programme littéraire de la Biennale de Marrakech (2012). Il a contribué à Lettres à un jeune marocain (Seuil, 2009), a récemment co-traduit Le Retrait de la tradition suite au désastre démesuré, de Jalal Toufic (Les prairies ordinaires, 2011) et, avec Yto Barrada, dirigé Album, Cinémathèque de Tanger, un livre multilingue sur Tanger et le cinéma (Virreina/LDC éditions, 2012).

ABDESLAM KADIRI

Abdeslam Kadiri est né en 1977 à Casablanca. Libraire et journaliste, il est l’auteur d’un recueil d’entretiens avec Driss Chraïbi, Une vie sans concessions (éditions Tarik /Zellige).

JUAN ASIS PALAO

Né à Madrid en 1978, Juan Asís Palao a vécu à Genève, puis à Séville, où il a étudié l’arabe. Il a traduit plusieurs essais et romans de Camille de Toledo, dont le premier volume de sa tétralogie romanesque Strates (En época de monstruos y catástrofes, Alpha  Decay, 2012), ainsi qu’une pièce de théâtre de Driss Ksikes. Il habite depuis 2011 à Marrakech, où il est le responsable du fonds adulte et des résidences de traduction à la bibliothèque du Centre Dar al-Ma’mûn, sous la direction d’Omar Berrada.

KENZA SEFRIOUI

Kenza SefriouiKenza Sefrioui est journaliste et critique littéraire. Elle a consacré sa thèse de doctorat en littérature comparée à la revue marocaine Souffles. Elle anime des cafés littéraires à Rabat, Casablanca et El Jadida. Elle a publié « Warda, Ambre, Sherazade et les autres », dans l’ouvrage dirigé par Abdallah Baïda, Mohamed Leftah ou le Bonheur des mots, (Casablanca, Tarik éditions, 2008) et « La revue Souffles : quand culture rime avec politique », dans le numéro de la revue Interculturel/Francophonie, sous la direction de Bernoussi Saltani, consacré à Abdellatif Laâbi : un intellectuel tout simplement, (Lecce, Alliance française, n°16, novembre-décembre 2009).